Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/10/2014

Auto-assouplissements des pathologies neurologiques frustes avec fatigabilité

 Télécharger le document en cliquant sur le lien ci-dessous :

ETIREMENTS SEP auto assouplissements 191117.docx

ETIREMENTS SEP auto assouplissements 191117.pdf

Les patients présentant une pathologie chronique comme la sclérose en plaques (SEP) avec un syndrome de fatigue invalidant doivent en priorité lutter contre le déconditionnement à l’effort aérobie par des exercices d’endurance (si possible 30 minutes d’activité aérobie par jour sans temps de repos).

 

Ils ont également besoin de réaliser des assouplissements.

 

Cependant, si la séance d’auto-assouplissement est trop fatigante, si elle ne permet pas de diminuer la fatigue chronique dont souffrent ces patients, ils ne pourront pas effectuer les exercices aérobie, ni intégrer ces exercices dans leur vie quotidienne. Ils doivent impérativement économiser leur énergie.

D’où l’idée de s’assouplir dans des positions reposantes et relaxantes.

 

Pour assouplir les principaux groupes musculaires et en particulier les muscles polyarticulaires en cas de spasticité, il n’est donc pas judicieux d’utiliser :

- ni les positions au tapis de sol inspirées par les NEM (niveaux d’évolution motrice) ou par le yoga.

- ni les positions d’assouplissement debout (très utilisées par les danseuses).

Il leur faut impérativement des techniques moins fatigantes et moins susceptibles d’augmenter le tonus à cause des réactions posturales.

 

La mobilisation passive en position couchée par un kinésithérapeute est idéale mais elle n’est jamais réalisable quotidiennement et encore moins sur une durée de plusieurs années.

Les patients présentant une atteinte fruste doivent donc apprendre l’auto-mobilisation.

 

 

Les 4 arguments en faveur de cette technique

 

1 –  En plus de la diminution de la fatigue, il y a d’autres arguments en faveur des assouplissements en position couchée pour les patients présentant une SEP et pour les autres patients présentant un syndrome pyramidal aux membres inférieurs.

 

2 – La position debout (et même les positions des Niveau d’Evolution Motrice) oblige le sujet à lutter contre la pesanteur, ce qui nécessite un certain tonus postural qui exacerbe la spasticité. Ce ne sont évidemment pas des conditions idéales pour étirer des muscles spastiques.

Au sol par contre, le tonus postural est minimal et la spasticité elle aussi est à son niveau le plus bas, ce qui permet un étirement des muscles spastiques (polyarticulaires) plus facile et plus efficace.

 

3 – La plupart des patients présentant une SEP et de nombreux patients de neurologie présentent une tendance de plus en plus marquée à la cyphose du rachis aggravée par la pesanteur.

Les positions au sol permettent une correction relativement facile de cette attitude vicieuse.

 

4 – De nombreux patients présentent des rachialgies (lombalgies, dorsalgies ou cervicalgies) qui sont aggravées par la pesanteur et par les nombreuses heures passées en position assise ou, pour les patients frustes, en position debout.

Quelques minutes en position couchée diminuent (et parfois soulagent totalement) ces douleurs, ce qui permet d’effectuer les exercices qui luttent contre le déconditionnement à l’effort aérobie dans de meilleures conditions (protocole de PREFQ par exemple).

Chez les patients SEP on pourrait parler de lombalgies chaudes, car contrairement aux autres lombalgies elles sont dans la plupart des cas bien soulagées par la cryothérapie localisée.

Ces lombalgies sont souvent associées au signe de Lhermitte.

 

En résumé

Voici donc quelques postures permettant un assouplissement sans utilisation des muscles antigravitaires dont la contraction exacerbe le tonus et diminue l’efficacité des postures.

La décontraction des muscles antigravitaires permet un meilleur relâchement global du patient, ce qui optimise les conditions d’étirement.

Cette relaxation maximale lutte également contre la fatigue chronique de nombreux patients.

 

Pour télécharger une version plus ancienne et donc incomplète de ce document,

 il faut cliquer sur le lien ci-dessous :

ETIREMENTS SEP assouplissements sep 271014B.pdf

ETIREMENTS SEP assouplissements sep 271014B.docx