Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/09/2013

Ergonomie

 Pour télécharger le document PDF, il faut cliquer sur le lien ci-dessous :

 1A ergonomie 130913.pdf

 

  

2.1 Naissance et évolution historique de l'ergonomie

 

Le terme « ergonomie » vient du grec ancien érgon « travail » et nόmos (« loi »).

 

Le terme a été créé deux fois au cours du XIXe siècle dans deux contextes théoriques distincts :

 

        d'abord en 1857, par Wojciech Jastrzebowski qui publie en polonais le premier « Précis d'Ergonomie » qui n'est que faiblement diffusé ,

 

        puis en 1858 par le français Jean-Gustave Courcelle-Seneuil

 

 

 

Définition

 

L’ergonomie est la science de l’homme au travail selon laquelle les connaissances scientifiques doivent permettre de concevoir des postes de travail garantissant le maximum de confort, de sécurité et d'efficacité au plus grand nombre

 

 

 

L’ergonomie est une notion très générale qui recouvre de nombreuses réalités différentes ou même opposées.

 

 

 

Chaque auteur, chaque école a sa version de l’ergonomie

 

C’est un terme aussi général que le terme de « christianisme » qui regroupe :

 

        les catholiques,

 

        les protestants,

 

        les cathares, etc…

 

Ce sont tous des chrétiens, mais ils sont différents.

 

Il ont même été en guerre à certaines périodes de l’histoire.

 

 

 

Dans le vocabulaire courant et en particulier dans les milieux de la rééducation ergonomie est souvent « réduite » à l’étude et l’action sur :

 

        les postures de travail,

 

        les mouvements répétitifs,

 

        les TMS (Troubles Musculo-Squelettiques,

 

        les transports de charges,

 

        la manutention des patients

 

        etc…

 

 

 

Exemple du livre de Monique AUTISSIER : Ergonomie  techniques de manutention, module 4. Editeur : Lamarre , Date de sortie : 23/06/2011

 

 

 

Description

 

Lorsque l'on est amené à déplacer des patients ou même des bébés, deux nécessités s'imposent.

 

·       La première est de préserver sa propre santé, et notamment son dos,

 

·       la seconde est aussi fondamentale : apporter une totale sécurité aux patients.

 

 

 

Pour répondre à ce double objectif, l'auteur a développé une méthode simple grâce à laquelle chaque soignant comprend les gestes à faire et ceux à éviter.

 

 

 

Rédigé comme un aide-mémoire des principaux procédés de manutention d'un malade, ce manuel s'adresse tant aux étudiants qu'aux professionnels.

 

 

 

Il est composé de deux parties :

 

·       Une première partie, théorique, rappelle les bases de l'ergonomie et tend à faciliter la réflexion indispensable avant d'agir.

 

·       La seconde partie, pratique, offre un accès immédiat aux types de manœuvres de manutention et notamment aux caractéristiques de certaines d'entre elles, exposées sous la forme standardisée de fiches-protocole.

 

 

 

Le lecteur trouvera dans cet ouvrage toutes les informations utiles pour prendre soin de sa santé en prenant soin de celle des autres.

 

 

 

        Ce livre constitue également un outil indispensable pour les élèves qui se préparent aux diplômes d'Etat d'aide-soignant et d'auxiliaire de puériculture et autres professions de santé (manipulateur d'électroradiologie, éducateurs spécialisés, kinésithérapeutes, etc…)

 

.

 

Il manque une notion capitale dans ce livre :
l’importance de la respiration abdominale d’effort au cours de tous les exercices.

Cette respiration doit être utilisée par la majorité des travailleurs car les contre indications sont rares

Exemples de contre-indication :

 

- les patients en post-partum qui doivent soulever des charges utiliseront plutôt la respiration hypopressive.

 

- les patients emphysémateux ou présentant une plaie thoracique récente qui ne doivent utiliser aucune respiration particulière.

 

 

 

La respiration abdominale d’effort diminue la pression sur les disques dans toutes les positions

 

Doit être utilisée lors de chaque effort ou activité dangereuse pour la colonne vertébrale

 

 

 

La respiration abdominale d’effort s’apprend en 2 minutes, car c’est très facile :

 

        Il suffit d’inspirer, puis de bloquer la respiration et de rentrer le ventre.

 

        Il est également recommandé de contracter le périnée.

 

 

 

But : augmenter la pression intra-abdominale et intra-thoracique.

 

Une partie des contraintes engendrées par l'effort est absorbée par le ventre et le thorax qui se comportent comme un piston élévateur pneumatique

 

On effectue alors l’activité physique dangereuse pour la colonne vertébrale en apnée.

 

 

 

Exemple d’utilisation de la respiration abdominale inversée : la manutention des patients handicapés

 

 

 

 

 

2.2 Objectifs et concepts d'ergonomie

 

 

 

L’ergonomie comporte l’étude :

 

- des moyens,

 

- méthodes,

 

- et milieux de travail.

 

 

 

 

 

L’ergonomie permet : une adaptation optimale d'un produit ou d'une situation de travail à un utilisateur (l’inverse du taylorisme)

 

Ses méthodes s’appuient sur la réalité du terrain.

 

 

 

Les champs d’action de l’ergonomie :

 

        les systèmes de production,

 

         le management,

 

         l’organisation,

 

         les conditions de travail,

 

         les outils,

 

         les aspects liés à la santé…

 

 

 

 

 

2.3   L'importance sociale et l'importance de l'ergonomie

 

 

 

L’ergonomie à 2 buts simultanés :

 

-         la santé de l'humain au travail,

 

-         et l’efficacité du travail.

 

 

 

 

 

2.4   Bases de l'ergonomie

 

L'ergonomie puise ses connaissances scientifiques dans les diverses sciences ayant trait au comportement humain

 

 

 

        physiologie,

 

        médecine,

 

        psychologie,

 

        sociologie,

 

        linguistique,

 

        anthropologie,

 

        économie,

 

        management,

 

        ainsi que les sciences de l'ingénieur

 

 pour les mettre au service de l'homme au travail.

 

 

 

L'ergonomie est donc une science multidisciplinaire

 

 

 

L'ergonomie n'est pas du bon sens mais une science au carrefour de plusieurs autres.

 

Cet ensemble de connaissances est nécessaire à l'expertise des situations de travail

 

et des interfaces homme - machine (IHM)

 

 

 

La pratique de l'ergonomie est basée sur l'analyse des situations de travail dans le but :

 

- soit de concevoir des situations nouvelles (ergonomie de conception),

 

- soit d'améliorer des situations existantes (ergonomie de correction).

 

Cette pratique s'adresse à tous les types de travailleurs, en particulier les travailleurs handicapés

 

 

 

L’ergonomie cognitive

 

 

 

Cognitif = relatif aux grandes fonctions de l'esprit :

 

perception, langage, mémoire, raisonnement, décision, traitement, mouvement...

 

 

 

L'ergonomie cognitive est donc l'étude des interactions avec un dispositif ou un produit (essentiellement informationnel) qui nécessitent l'utilisation des grandes fonctions mentales de l'homme.

 

Elle étudie également les problèmes éventuels de charge mentale qui résultent de cette interaction

 

 

 

Les thèmes pertinents de l’ergonomie cognitive comprennent :

 

-         l’interaction homme-machine,

 

-         la prise de décision,

 

-         la charge mentale,

 

-         le stress professionnel,

 

-         et la formation. 

 

 

 

L’ergonomie organisationnelle

 

s’intéresse à l’organisation du travail coopératif et collectif.

 

 

 

Les thèmes pertinents de l’ergonomie organisationnelle comprennent :

 

- la gestion des ressources des collectifs,

 

- la communication entre les personnes,

 

- la culture organisationnelle

 

 

 

 

 

L’ergonomie physique(se rapproche de l’ergonomie au sens restreint)

 

s’intéresse aux  caractéristiques anatomiques et physiologique de l’individu dans sa relation avec l’activité physique.

 

C’est l’outil de travail qui doit s’adapter à ce type de caractéristique de l’opérateur.

 

 

 

Les thèmes pertinents de l’ergonomie physique comprennent :

 

- les postures de travail,

 

- les mouvements répétitifs,

 

- les TMS (Troubles Musculo-Squelettiques),

 

- la sécurité,

 

- et la santé au travail.

 

 

 

 

 

L’ergonomie des interfaces  ou des interfaces homme-machine (IHM)

 

est une branche de l’ergonomie du travail.

 

 

 

Ses champs d’application

 

sont variés en fonction des objectifs, des usages et des cibles spécifiques (avec handicap), salariés (intranet), clients (extranet), automobilistes (borne de péage), cinéphiles (borne d’achat)…

 

 

 

Les interfaces font partie de notre vie quotidienne, modifient nos usages, créent de nouveaux besoins pour travailler, acheter, utiliser un service… avec plus ou moins de facilité.

 

 Le travail des experts concerne des applications variées et répond à cette multiplicité des usages 

 

 

 

Les IHM sont une spécialisation de l’ergonomie.

 

Leur traitement s'appuie particulièrement sur :

 

- la perception visuelle

 

- et les sciences cognitives.

 

Objectifs : utilité, facilité d'utilisation, efficacité, satisfaction.

 

 

 

Un IHM (interface homme-machine) est plus ou moins intuitif, facile, convivial, attrayant, ou au contraire : ardu, touffu, rébarbatif, rebutant, « c’est une usine à gaz ».

 

 

 

Multicanal

 

Se dit d'une stratégie de distribution de biens ou de services utilisant de multiples supports :

 

Internet mais aussi les mobiles, la télévision interactive, un réseau traditionnel de guichets ou de magasins, de la vente par catalogue...

 

La liste n'est pas limitative.

 

 

 

Internet n'étant finalement pas apparu comme le canal de vente qui allait supplanter les autres réseaux de distribution car de nombreuses entreprises revendiquent une stratégie de distribution multicanal.

 

 

 

Pour un projet digital multicanal, la démarche ergonomique permet :

 

- d'apprécier la valeur d’usage

 

- et d'agir sur les paramètres qui la composent

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

4.   Ergonomie et programmes de santé au travail

 

 

 

Pour atteindre ces objectifs, l’ergonomie est dotée d'institutions visant :

 

 

 

  1.  le développement de connaissances sur le travail.

 

Notamment l'INRS = Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des maladies professionnelles et des accidents du travail

 

 

 

  1.  le support aux entreprises pour l'organisation et le développement des situations de travail.  

 

Notamment l'ANACT = Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail a pour vocation d’améliorer à la fois la situation des salariés et l’efficacité des entreprises. Elle aide notamment les entreprises à développer des projets innovants touchant au travail.

 

 

 

  1.  et la formation des professionnels de l'ergonomie.

 

Notamment le CNAM = Conservatoire National des Arts et Métiers qui est un établissement d'enseignement supérieur et de recherche fondamentale et appliquée pour « perfectionner l'industrie nationale ».

 

 

 

RÉALISATION D'UN PROGRAMME DE SANTÉ AU TRAVAIL

 

Il s’agit d’une étape importante du programme, car elle permet d’identifier et d’évaluer les différents risques qui pourraient affecter la santé dans un milieu de travail :

 

  • Physiques : bruit, chaleur, froid, radiations, etc.;
  • Chimiques : gaz, vapeur, poussières, etc.;
  • Biologiques : bactéries, virus, moisissures, etc.;
  • Ergonomiques : postures de travail, mouvements répétitifs, transport de charges, etc.

 

 

 

Surveillance de l’état de santé

 

 

 

Une fois les risques identifiés et évalués par les intervenants du CSSS (Centres de santé et de services sociaux) ou CHSCT (Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail)dans un milieu de travail donné, un rapport « Évaluation environnementale » est transmis aux représentants de l'employeur et des travailleurs. L’étape suivante consiste à vérifier si ces risques ont des effets sur la santé des employés de l’entreprise. Au besoin, les personnes exposées font l’objet d’un suivi médical.

 

Toutes les informations contenues dans le dossier médical d'un travailleur sont traitées confidentiellement par l’équipe de santé au travail (médecine du travail) ou la Direction de santé publique.

 

Information et formation

 

L’équipe de santé au travail donne également de l’information et de la formation aux travailleurs et à l'employeur sur :

 

  • les risques présents et leurs effets sur la santé,
  • les moyens de les prévenir, les contrôler ou les éliminer.

 

Aide à la recherche de solutions

 

L’équipe de santé au travail offre à l'employeur son soutien dans la recherche de solutions aux problèmes identifiés.

 

Soutien à l’organisation des premiers secours et premiers soins (PSPS)

 

L’infirmière en santé au travail conseille sur l’organisation des services de premiers secours et de premiers soins, en conformité avec le Règlement sur les normes minimales de premiers secours et premiers soins.

 

Soutien à la recherche en santé au travail

 

Le service de santé au travail du CSSS est partenaire dans des projets de recherche réalisés dans des entreprises du territoire qu'il dessert.

 

Pour plus d'information :

 

http://www.csssdelamontagne.qc.ca/sante-publique/sante-au-travail/realisation-d-un-programme-de-sante-au-travail/

 

 

 

Portail du réseau public québécois en santé au travail

 

Autres liens utiles

 

 

 

12:00 Publié dans Science | Lien permanent

17/01/2012

Protocole de rééducation traitement-bilan en neurologie

 

Équilibre fonctionnel quantifié : protocole de rééducation

Pour télécharger le document, il faut cliquer sur le lien ci-dessous :

http://reeducationreadaptation.hautetfort.com/archive/2011/08/29/protocole-de-reeducation-de-l-equilibre-fonctionnel-quantifi.html

 

 Pour télécharger le « Bilan moteur d'un patient avec syndrome pyramidal », cliquez sur le lien ci-dessous :http://reeducationreadaptation.hautetfort.com/archive/2011/09/01/bilan-moteur-en-cas-de-spasticite.html 

Pour télécharger le « Bilan - traitement des tenues de positon pour les enfants et adultes jeunes à partir des NEM (niveaux d'évolution motrice) », cliquez sur le lien ci-dessous :

NEM bilan traitement BOBATH LE METAYER.xls

 

Pour télécharger la « Rééducation Quantifiée dans les Escaliers (RQE) », cliquez sur le lien ci-dessous :

http://reeducationtransmissiondessavoirs.hautetfort.com/archive/2012/12/24/rqe-reeducation-quantifiee-dans-les-escaliers.html

 
Pour télécharger le « Bilan moteur et traitement pour patients présentant un syndrome pyramidal  et patients avec spasticité (inspiré par Brunnstrom) », cliquez sur les liens ci-dessous :
- Version  pour hémiplégique : syndrome pyramidal hémiplégie BILAN TRAITEMENT exercices de difficultés croissantes 270613.xls
 
- Version  pour paraparésie, paraplégie incomplète : syndrome pyramidal paraparésie BILAN TRAITEMENT exercices de difficultés croissantes 270613.xls
 
- Version  pour tétraparésie, tétraplégie incomplète : syndrome pyramidal tétraparésie BILAN TRAITEMENT exercices de difficultés croissantes270613.xls
 
Ancienne version  pour hémiplégique :  hémiplégie bilan traitement 191201D.xls 
 
 
 
Pour télécharger le protocole de rééducation quantifiée sur vélos motorisés (MOTOmed, etc...), cliquez sur le lien ci-dessous :
MOTOMED QUANTIFIE.xls
 
Pour télécharger le « BILAN-TRAITEMENT actif de la spasticité inspiré par les tests de vitesse », cliquez sur le lien ci-dessous :
tests de vitesse 190112D.xls 
 
 
 
 
 
 

19:39 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0)

11/01/2012

Kinésithérapie et sclérose en plaques

Présentation du diaporama le 04/02/2012 à Rennes, au congrès du CIFEPK

Pour voir le diaporama, il faut cliquer sur le lien suivant :

Sultana Sclérose en plaques rééducation CIFEPK fev 2012.pdf

 

ou au format PowerPoint :

 Sultana Sclérose en plaques rééducation CIFEPK fev 2012.ppt

 

La ligne directrice de cette communications
sera l'
evidence-based practice

 

BIBLIOGRAPHIE :

Sultana R., Mesure S. Le Dafniet V., Bardot P., Heurley G., Crucy M. Sclérose en plaques et kinésithérapie. EMC (Elsevier Masson SAS, Paris), Kinésithérapie-Médecine Physique-Réadaptation, 26-431-A-20, 2010.    

 http://www.em-consulte.com/article/261147

 

Les patients doivent apprendre à gérer leur propre fatigue pour pouvoir insérer leur séance de rééducation dans un programme global de conservation de l'énergie selon les principes exposés sur Internet par la Société canadienne de la sclérose en plaques.
http://www.mssociety.ca/chapters/regiondequebec/pdf/conservation_energie.pdf

 

 

Mathiowetz, V, Matuska, K, Finlayson, M, Luo P, Chen H Y.
One year follow up to a randomized controlled trial of an energy conservation course for persons with multiple sclerosis.
International Journal of Rehabilitation Research, 2007, 30, 305-313.
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17975450

 

Pour les patient sensibles à la chaleur,
un bain froid ou une douche fraîche prolongée
(30 minutes en position assise confortable)
est indispensable avant la séance de kinésithérapie 

 http://www.youtube.com/watch?v=5Swa-PmaF6g

et 

http://www.youtube.com/watch?v=jaz4DJEC8kg

 et

Clinical and Immunological Effects of Cooling in Multiple Sclerosis  http://nnr.sagepub.com/content/10/1/9.abstract

et 

White AT, Wilson TE, Davis SL,Petajan JH.
 Effect of precooling on physical performance in multiple sclerosis.
Multiple
Sclerosis 2000 ; 6 :176–180
 

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/10871829

 

Protocole de "Rééducation Quantifiée de la Marche" (RQM) simplifié

http://reeducationreadaptation.hautetfort.com/archive/2011/09/26/reeducation-quantifiee-de-la-marche-rqm.html

 

Sclérose en plaques et Qi Gong : justifications et limites

http://www.youtube.com/watch?v=Gv0U_k2FLEo

 

Robineau S ; Nicolas B ; Gallien P ; Petrilli S  Dumfle A ; Edan G ; Rochcongar P.    Renforcement musculaire isocinétique excentrique des ischiojambiers chez des patients atteints de sclérose en plaques. 
Annales de réadaptation et de médecine physique  2005, vol. 48, no1 : 29-33

http://www.em-consulte.com/article/29323

 

 

Équilibre fonctionnel quantifié : protocole de rééducation

http://reeducationreadaptation.hautetfort.com/archive/2011/08/29/protocole-de-reeducation-de-l-equilibre-fonctionnel-quantifi.html

 

 

 

Titre de la vidéo : Bilan-traitement de la Sclérose en Plaques en kinésithérapie libérale

Lien URL :  http://www.youtube.com/watch?v=NS9gECGVCzU  

 

Analyse du protocole de rééducation de l’équilibre fonctionnel quantifié à travers l’étude de 296 dossiers de patients présentant une sclérose en plaques    http://reeducationreadaptation.hautetfort.com/archive/2011/12/01/etude-de-296-dossiers-de-patients-presentant-une-sep1.html

 

Ma séance en piscine fraîche (sclérose en plaques) http://www.youtube.com/watch?v=EPm9NKtwfqo

 

Titre de la vidéo : Sclérose en plaques : comment se remettre debout Nouvelle version 

 Lien URL :  http://www.youtube.com/watch?v=wHxqra11Dyk

 

 Titre de la vidéo : Fauteuil roulant électrique informatisé avec toutes les options  

Lien URL :  http://www.youtube.com/watch?v=2yfyT1J-2V8

 

Titre de la vidéo :  Ma kinésithérapie contre la sclérose en plaques FILM 1

Lien URL : http://www.youtube.com/watch?v=V9dC_0e4s-E

 

Autorisation audio-visuelle aux normes, droit à l'image   http://reeducationreadaptation.hautetfort.com/archive/2011/09/01/autorisation-audio-visuelle-aux-normes-droit-a-l-image.html

 

Pour plus de vidéos concernant la sclérose en plaques, cliquez sur le lien suivant vers l’article intitulé « Scléroses en plaques : vidéos concernant la rééducation et la cryothérapie »   http://reeducationreadaptation.hautetfort.com/archive/2011/08/30/videos-reeducation-des-scleroses-en-plaques.html

 

 

Kinésithérapie et sclérose en plaques : des exercices actifs adaptés à chaque patient.

 

Auteurs : Roland Sultana, Serge Mesure, Philippe Bardot, Gilbert Heurley, Sébastien Tisserand

 

Résumé :

Le syndrome de fatigue invalidant présenté par la quasi totalité des scléroses en plaques nécessite une gestion rigoureuse des exercices actifs. Une mauvaise organisation de la rééducation avec un enchaînement d'exercices sans temps de repos suffisants peut entraîner une mini-poussée et un arrêt provisoire ou définitif de l'entraînement. A l'inverse, une trop grande prudence avec absence d'exercices actifs efficaces stérilise la rééducation qui perd son utilité.

Le repos avant et entre chaque exercice actif est systématique, si possible en position couchée. De ce fait les séances de rééducation sont plus longues que pour un patient ordinaire. Contrairement à ce qui est recommandé dans d'autres pathologies, le kinésithérapeute est donc amené a traiter 2 patients en même temps. L'un se repose pendant que l'autre travaille et inversement. Cela permet d'éviter toute perte de temps et de créer les conditions favorables à ce type d'approche.

Les patients doivent apprendre à gérer leur propre fatigue pour pouvoir insérer leur séance de rééducation dans un programme global de conservation de l'énergie selon les principes exposés sur Internet par laSociété canadienne de la sclérose en plaques. (Quelques trucs pour la conservation de l’énergie. http://www.mssociety.ca/chapters/regiondequebec/pdf/conservation_energie.pdf).

 

Pour les patient sensibles à la chaleur, un bain froid ou une douche fraîche prolongée (30 minutes en position assise confortable) est indispensable avant la séance de kinésithérapie (voir la vidéo intitulée « Cryothérapie à domicile pour sclérose en plaques »  http://www.youtube.com/watch?v=5Swa-PmaF6g )

Chez ces patients le froid diminue la fatigue et la spasticité, améliore l'acuité visuelle, et la force musculaire (Coyle P.K. Clinical and Immunological Effects of Cooling in Multiple Sclerosis
Neurorehabilitation and Neural Repair, Vol. 10, No. 1, 9-15,1996). Cette action dure quelques heures. Le patient peut donc effectuer cette cryothérapie avant de venir en kinésithérapie pour ne pas amputer sur le temps de rééducation active.

 

La rééducation active n'est possible qu'en dehors des poussées évolutives.

 

Chez les patients présentant une atteinte fruste, avec un périmètre de marche supérieur à 500 mètres, un réentraînement à l'effort aérobie quantifié en minutes est indispensable. Si possible on choisira un exercice en position debout qui permet en même temps un travail de l'équilibration. (Marche à l'extérieur, mais pas en pleine chaleur, tapis de marche, vélo elliptique, stepper, escalier, etc..). 

Voir la vidéo « Activité physique aérobie pour sclérose en plaques » http://www.youtube.com/watch?v=Mly9g9YUSuE.

 

Exemple protocole permettant une progression de l'endurance.

La compétence du rééducateur doit lui permettre de dépasser cette base pour s’adapter au cas particulier de chaque patient.

Première semaine : 3 séries de 10 minutes

avec 10 minutes de repos avant et après chaque série (au minimum). 

Deuxième semaine : 2 séries de 15 minutes

avec 15 minutes de repos avant et après chaque série (au minimum). 

Troisième semaine : une seule série de 30 minutes.

avec 30 minutes de repos avant et après cette série (au minimum). 

 

En plus de ce programme s'il reste de l'énergie au patient et du temps au kinésithérapeute, un auto-assouplissement permet d'étirer les muscles polyarticulaires sur lesquels porte la spasticité.

 

Chez les patients présentant une spasticité prédominant sur les extenseurs, le travail contre résistance des ischio-jambiers permet d'augmenter le tonus des fléchisseurs, et donc d'améliorer la qualité de la marche lorsque la progression est efficace.

Les contractions excentriques sont plus  adaptés, car le travail excentrique relâche (et inhibe) les muscles antagonistes spastiques au cours du mouvements.

 

Gestion des week-end et de la suite du traitement :

Lors des week-end et à la sortie du centre : continuer les 30 minutes d’activité aérobies par jour, les auto-assouplissements et le renforcement des fléchisseurs du genou.

 

Chez les patients présentant une atteinte de gravité intermédiaire, avec un périmètre de marche entre 5 et 500 mètres,

Les exercices les plus indispensables sont :

- la marche (avec ou sans aide technique) quantifiée en mètres,  

- les changements de positions quantifiés en nombre de répétitions

- Chez les patients qui en sont capables, la montée et la descente des escaliers sera quantifié en nombre de marches franchies par le patient.

La montée des escalier permet de faire travailler la triple flexion. Il s'agit donc d'un exercice qui lutte contre la prédominance de la triple extension et qui améliore indirectement la marche.

Le travail excentrique des fléchisseurs peut être effectué dans les mêmes conditions que pour les atteintes frustes.

Voir la vidéo intitulée  « Bilan-traitement de la Sclérose en Plaques en kinésithérapie libérale » http://www.youtube.com/watch?v=NS9gECGVCzU

 

Au contraire, chez les patients les plus handicapés avec prédominance de la triple flexion et limitation de la marche par faiblesse des extenseurs des membres inférieurs, l'exercice assis-debout-assis avec appui sur un objet stable permet de renforcer la triple extension.

On comte le nombre de répétitions effectués sans l'aide du kinésithérapeute. Progression : jusqu'à 50 assis-debout-assis.

Voir la vidéo intitulée « Sclérose en plaques : comment se remettre debout » http://www.youtube.com/watch?v=wHxqra11Dyk

 

À ce stade les auto-assouplissements sont trop fatigants et doivent être remplacés par de la mobilisation passive.

 

Le kinésithérapeute conseillera des loisirs permettant une activité physique modérée, si possible dans une ambiance fraîche. Exemple : la fréquentation régulière d’une piscine dont la température n'excède pas 29 degrés, à conditions de ne pas vouloir battre des records de distance et ou de durée.

 

Chez les patients présentant une atteinte profonde, avec impossibilité d'effectuer les transferts entre le lit et le fauteuil sans l'aide d'une tierce personne et le plus souvent faiblesse des muscles extenseurs.

On tentera de lutter contre le déconditionnement à l'effort. Par exemple en utilisant le pédalage sur vélo motorisé (Motomed), car le sujet n'est jamais mis en situation d'échec puisque le moteur effectue l'exercice lorsque le patient est fatigué.

 

À ce stade, on peut généralement améliorer par l'exercice une (ou plusieurs) activité(s) de la vie quotidienne (quantifié en nombre de répétitions). Par exemple mettre et enlever un vêtement, utiliser une télécommande, un fauteuil électrique, un ordinateur, etc...

pour ce type de patient, les soins de rééducation se situent dans le cadre d'une prise en charge globale du patient coordonnée par un médecin.

Voir la vidéo intitulée « Fauteuil roulant électrique informatisé avec toutes les options » http://www.youtube.com/watch?v=2yfyT1J-2V8

 

Le rééducateur participe donc aux techniques de nursing : installation et mobilisation à visée orthopédique, désencombrement et travail respiratoire, etc. en collaboration avec les autres membres de l'équipe soignante (infirmière, aide soignante, agent de service hospitalier, auxiliaire de vie...) et les proches du patient (famille, amis, garde malade...).

 

Il faut encourager les loisirs permettant au patient de sortir de son lieu de vie.

 

Quelque soit le stade du patient, le kinésithérapeute joue un rôle psychologique pour apporter sur le long terme, compréhension, motivation, aide, présence, humour et bonne humeur.

  

17:19 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (1)