Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/01/2012

Kinésithérapie et sclérose en plaques

Présentation du diaporama le 04/02/2012 à Rennes, au congrès du CIFEPK

Pour voir le diaporama, il faut cliquer sur le lien suivant :

Sultana Sclérose en plaques rééducation CIFEPK fev 2012.pdf

 

ou au format PowerPoint :

 Sultana Sclérose en plaques rééducation CIFEPK fev 2012.ppt

 

La ligne directrice de cette communications
sera l'
evidence-based practice

 

BIBLIOGRAPHIE :

Sultana R., Mesure S. Le Dafniet V., Bardot P., Heurley G., Crucy M. Sclérose en plaques et kinésithérapie. EMC (Elsevier Masson SAS, Paris), Kinésithérapie-Médecine Physique-Réadaptation, 26-431-A-20, 2010.    

 http://www.em-consulte.com/article/261147

 

Les patients doivent apprendre à gérer leur propre fatigue pour pouvoir insérer leur séance de rééducation dans un programme global de conservation de l'énergie selon les principes exposés sur Internet par la Société canadienne de la sclérose en plaques.
http://www.mssociety.ca/chapters/regiondequebec/pdf/conservation_energie.pdf

 

 

Mathiowetz, V, Matuska, K, Finlayson, M, Luo P, Chen H Y.
One year follow up to a randomized controlled trial of an energy conservation course for persons with multiple sclerosis.
International Journal of Rehabilitation Research, 2007, 30, 305-313.
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17975450

 

Pour les patient sensibles à la chaleur,
un bain froid ou une douche fraîche prolongée
(30 minutes en position assise confortable)
est indispensable avant la séance de kinésithérapie 

 http://www.youtube.com/watch?v=5Swa-PmaF6g

et 

http://www.youtube.com/watch?v=jaz4DJEC8kg

 et

Clinical and Immunological Effects of Cooling in Multiple Sclerosis  http://nnr.sagepub.com/content/10/1/9.abstract

et 

White AT, Wilson TE, Davis SL,Petajan JH.
 Effect of precooling on physical performance in multiple sclerosis.
Multiple
Sclerosis 2000 ; 6 :176–180
 

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/10871829

 

Protocole de "Rééducation Quantifiée de la Marche" (RQM) simplifié

http://reeducationreadaptation.hautetfort.com/archive/2011/09/26/reeducation-quantifiee-de-la-marche-rqm.html

 

Sclérose en plaques et Qi Gong : justifications et limites

http://www.youtube.com/watch?v=Gv0U_k2FLEo

 

Robineau S ; Nicolas B ; Gallien P ; Petrilli S  Dumfle A ; Edan G ; Rochcongar P.    Renforcement musculaire isocinétique excentrique des ischiojambiers chez des patients atteints de sclérose en plaques. 
Annales de réadaptation et de médecine physique  2005, vol. 48, no1 : 29-33

http://www.em-consulte.com/article/29323

 

 

Équilibre fonctionnel quantifié : protocole de rééducation

http://reeducationreadaptation.hautetfort.com/archive/2011/08/29/protocole-de-reeducation-de-l-equilibre-fonctionnel-quantifi.html

 

 

 

Titre de la vidéo : Bilan-traitement de la Sclérose en Plaques en kinésithérapie libérale

Lien URL :  http://www.youtube.com/watch?v=NS9gECGVCzU  

 

Analyse du protocole de rééducation de l’équilibre fonctionnel quantifié à travers l’étude de 296 dossiers de patients présentant une sclérose en plaques    http://reeducationreadaptation.hautetfort.com/archive/2011/12/01/etude-de-296-dossiers-de-patients-presentant-une-sep1.html

 

Ma séance en piscine fraîche (sclérose en plaques) http://www.youtube.com/watch?v=EPm9NKtwfqo

 

Titre de la vidéo : Sclérose en plaques : comment se remettre debout Nouvelle version 

 Lien URL :  http://www.youtube.com/watch?v=wHxqra11Dyk

 

 Titre de la vidéo : Fauteuil roulant électrique informatisé avec toutes les options  

Lien URL :  http://www.youtube.com/watch?v=2yfyT1J-2V8

 

Titre de la vidéo :  Ma kinésithérapie contre la sclérose en plaques FILM 1

Lien URL : http://www.youtube.com/watch?v=V9dC_0e4s-E

 

Autorisation audio-visuelle aux normes, droit à l'image   http://reeducationreadaptation.hautetfort.com/archive/2011/09/01/autorisation-audio-visuelle-aux-normes-droit-a-l-image.html

 

Pour plus de vidéos concernant la sclérose en plaques, cliquez sur le lien suivant vers l’article intitulé « Scléroses en plaques : vidéos concernant la rééducation et la cryothérapie »   http://reeducationreadaptation.hautetfort.com/archive/2011/08/30/videos-reeducation-des-scleroses-en-plaques.html

 

 

Kinésithérapie et sclérose en plaques : des exercices actifs adaptés à chaque patient.

 

Auteurs : Roland Sultana, Serge Mesure, Philippe Bardot, Gilbert Heurley, Sébastien Tisserand

 

Résumé :

Le syndrome de fatigue invalidant présenté par la quasi totalité des scléroses en plaques nécessite une gestion rigoureuse des exercices actifs. Une mauvaise organisation de la rééducation avec un enchaînement d'exercices sans temps de repos suffisants peut entraîner une mini-poussée et un arrêt provisoire ou définitif de l'entraînement. A l'inverse, une trop grande prudence avec absence d'exercices actifs efficaces stérilise la rééducation qui perd son utilité.

Le repos avant et entre chaque exercice actif est systématique, si possible en position couchée. De ce fait les séances de rééducation sont plus longues que pour un patient ordinaire. Contrairement à ce qui est recommandé dans d'autres pathologies, le kinésithérapeute est donc amené a traiter 2 patients en même temps. L'un se repose pendant que l'autre travaille et inversement. Cela permet d'éviter toute perte de temps et de créer les conditions favorables à ce type d'approche.

Les patients doivent apprendre à gérer leur propre fatigue pour pouvoir insérer leur séance de rééducation dans un programme global de conservation de l'énergie selon les principes exposés sur Internet par laSociété canadienne de la sclérose en plaques. (Quelques trucs pour la conservation de l’énergie. http://www.mssociety.ca/chapters/regiondequebec/pdf/conservation_energie.pdf).

 

Pour les patient sensibles à la chaleur, un bain froid ou une douche fraîche prolongée (30 minutes en position assise confortable) est indispensable avant la séance de kinésithérapie (voir la vidéo intitulée « Cryothérapie à domicile pour sclérose en plaques »  http://www.youtube.com/watch?v=5Swa-PmaF6g )

Chez ces patients le froid diminue la fatigue et la spasticité, améliore l'acuité visuelle, et la force musculaire (Coyle P.K. Clinical and Immunological Effects of Cooling in Multiple Sclerosis
Neurorehabilitation and Neural Repair, Vol. 10, No. 1, 9-15,1996). Cette action dure quelques heures. Le patient peut donc effectuer cette cryothérapie avant de venir en kinésithérapie pour ne pas amputer sur le temps de rééducation active.

 

La rééducation active n'est possible qu'en dehors des poussées évolutives.

 

Chez les patients présentant une atteinte fruste, avec un périmètre de marche supérieur à 500 mètres, un réentraînement à l'effort aérobie quantifié en minutes est indispensable. Si possible on choisira un exercice en position debout qui permet en même temps un travail de l'équilibration. (Marche à l'extérieur, mais pas en pleine chaleur, tapis de marche, vélo elliptique, stepper, escalier, etc..). 

Voir la vidéo « Activité physique aérobie pour sclérose en plaques » http://www.youtube.com/watch?v=Mly9g9YUSuE.

 

Exemple protocole permettant une progression de l'endurance.

La compétence du rééducateur doit lui permettre de dépasser cette base pour s’adapter au cas particulier de chaque patient.

Première semaine : 3 séries de 10 minutes

avec 10 minutes de repos avant et après chaque série (au minimum). 

Deuxième semaine : 2 séries de 15 minutes

avec 15 minutes de repos avant et après chaque série (au minimum). 

Troisième semaine : une seule série de 30 minutes.

avec 30 minutes de repos avant et après cette série (au minimum). 

 

En plus de ce programme s'il reste de l'énergie au patient et du temps au kinésithérapeute, un auto-assouplissement permet d'étirer les muscles polyarticulaires sur lesquels porte la spasticité.

 

Chez les patients présentant une spasticité prédominant sur les extenseurs, le travail contre résistance des ischio-jambiers permet d'augmenter le tonus des fléchisseurs, et donc d'améliorer la qualité de la marche lorsque la progression est efficace.

Les contractions excentriques sont plus  adaptés, car le travail excentrique relâche (et inhibe) les muscles antagonistes spastiques au cours du mouvements.

 

Gestion des week-end et de la suite du traitement :

Lors des week-end et à la sortie du centre : continuer les 30 minutes d’activité aérobies par jour, les auto-assouplissements et le renforcement des fléchisseurs du genou.

 

Chez les patients présentant une atteinte de gravité intermédiaire, avec un périmètre de marche entre 5 et 500 mètres,

Les exercices les plus indispensables sont :

- la marche (avec ou sans aide technique) quantifiée en mètres,  

- les changements de positions quantifiés en nombre de répétitions

- Chez les patients qui en sont capables, la montée et la descente des escaliers sera quantifié en nombre de marches franchies par le patient.

La montée des escalier permet de faire travailler la triple flexion. Il s'agit donc d'un exercice qui lutte contre la prédominance de la triple extension et qui améliore indirectement la marche.

Le travail excentrique des fléchisseurs peut être effectué dans les mêmes conditions que pour les atteintes frustes.

Voir la vidéo intitulée  « Bilan-traitement de la Sclérose en Plaques en kinésithérapie libérale » http://www.youtube.com/watch?v=NS9gECGVCzU

 

Au contraire, chez les patients les plus handicapés avec prédominance de la triple flexion et limitation de la marche par faiblesse des extenseurs des membres inférieurs, l'exercice assis-debout-assis avec appui sur un objet stable permet de renforcer la triple extension.

On comte le nombre de répétitions effectués sans l'aide du kinésithérapeute. Progression : jusqu'à 50 assis-debout-assis.

Voir la vidéo intitulée « Sclérose en plaques : comment se remettre debout » http://www.youtube.com/watch?v=wHxqra11Dyk

 

À ce stade les auto-assouplissements sont trop fatigants et doivent être remplacés par de la mobilisation passive.

 

Le kinésithérapeute conseillera des loisirs permettant une activité physique modérée, si possible dans une ambiance fraîche. Exemple : la fréquentation régulière d’une piscine dont la température n'excède pas 29 degrés, à conditions de ne pas vouloir battre des records de distance et ou de durée.

 

Chez les patients présentant une atteinte profonde, avec impossibilité d'effectuer les transferts entre le lit et le fauteuil sans l'aide d'une tierce personne et le plus souvent faiblesse des muscles extenseurs.

On tentera de lutter contre le déconditionnement à l'effort. Par exemple en utilisant le pédalage sur vélo motorisé (Motomed), car le sujet n'est jamais mis en situation d'échec puisque le moteur effectue l'exercice lorsque le patient est fatigué.

 

À ce stade, on peut généralement améliorer par l'exercice une (ou plusieurs) activité(s) de la vie quotidienne (quantifié en nombre de répétitions). Par exemple mettre et enlever un vêtement, utiliser une télécommande, un fauteuil électrique, un ordinateur, etc...

pour ce type de patient, les soins de rééducation se situent dans le cadre d'une prise en charge globale du patient coordonnée par un médecin.

Voir la vidéo intitulée « Fauteuil roulant électrique informatisé avec toutes les options » http://www.youtube.com/watch?v=2yfyT1J-2V8

 

Le rééducateur participe donc aux techniques de nursing : installation et mobilisation à visée orthopédique, désencombrement et travail respiratoire, etc. en collaboration avec les autres membres de l'équipe soignante (infirmière, aide soignante, agent de service hospitalier, auxiliaire de vie...) et les proches du patient (famille, amis, garde malade...).

 

Il faut encourager les loisirs permettant au patient de sortir de son lieu de vie.

 

Quelque soit le stade du patient, le kinésithérapeute joue un rôle psychologique pour apporter sur le long terme, compréhension, motivation, aide, présence, humour et bonne humeur.

  

17:19 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (1)

09/01/2012

Bilans de sensibilité

Fiches de bilan de sensibilité superficielle à colorier :

Vert : normal

Jaune : hypoesthésie

Rouge : absence de sensibilité

hpqscan0001.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

hpqscan0002.jpg

22:57 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0)

01/12/2011

Etude de 296 dossiers de patients présentant une SEP

Analyse du protocole de rééducation de l’équilibre fonctionnel quantifié à travers l’étude de 296 dossiers de patients présentant une sclérose en plaques 

 

Les dossiers des patients présentant une sclérose en plaques et ayant effectué un séjour à l’Institut de Rééducation POMPONIANA de 2007 à 2009 ont été étudiés.

Au total 296 dossiers.

Sur ces 296 dossiers seuls 128 présentaient des fiches bien remplies et exploitables

 

 Cette analyse a été présentée pour le première fois au 27ème congrès de la SOFMER (Marseille) le vendredi 15 octobre 2010 sous le titre :

 

Bardot P et Sultana R. Rééducation de l'équilibre et de la marche des patients atteints de sclérose en plaques: intérêt de l'échelle de Pomponiana [1].

 

 

Pour l’année 2007 on a pu exploiter 25 fichessur 92   soit 27% de fiches correctement remplies

Pour l’année 2008 on a pu exploiter 53 fiches sur 111 soit 47% de fiches correctement remplies

Pour l’année 2009 on a pu exploiter 50 fiches sur 93   soit 53% de fiches correctement remplies

 

 

Sur les 128 dossiers exploitables :

Hommes 54                42%

Femmes  74                58%

 

 

Durée moyenne de séjour 30 jours

 

 

Sur les 128 dossiers exploitables :

- 37 patients             présentaient une sclérose en plaque à forme rémittente

- 61 patients  (47%) présentaient une sclérose en plaque à forme secondairement progressive

- 30 patients             présentaient une sclérose en plaque à forme primaire progressive

 

 

1 séjour                       84 patients

2 séjours                     18 patients

3 séjours                       2 patients

Non renseigné                        24 patients

 

 

Evolution du périmètre de marche

54 hommes

Amélioré 39

(72%)

doublé23

42%)

Identique 10

Non exploitable 3

Aggravé 2

74 femmes

Amélioré 56

75%

Doublé 56

43%

Identique 13

Non exploitable 4

Aggravé 1

 

 

Equilibre debout

54 hommes

Amélioré 41

76%

doublé29

53%

Identique 8

Non exploitable 2

Aggravé 3

74 femmes

Amélioré 59

79%

Doublé 29

39%

Identique 11

Non exploitable 4

Aggravé 0

 

 

 

Escaliers

54 hommes

Amélioré 19

35%

Doublé 9

16%

Identique 19

Non exploitable 16

Aggravé 0

74 femmes

Amélioré 18

24%

Doublé 11

15%

Identique 23

Non exploitable 33

Aggravé 0

 

 

 

Changements de positions

54 hommes

Amélioré 22

40%

 

Identique 25

46%

Non exploitable

7

Aggravé 0

74 femmes

Amélioré 22

29%

 

Identique 36

48%

Non exploitable 15

Aggravé 1

 

 

Patients EDSS supérieur à 7

8 sur 12 progressent au transfert

et 4 restent stables

 

 

Rappels

EDSS 6.0 : Aide à la marche (canne, orthèse, aide technique) avec périmètre de déambulation inférieur ou égal à 100 mètres.

EDSS 6.5 : Aide de marche bilatérale (2 cannes, déambulateur...). Périmètre de déambulation entre 5 et 100 mètres.

EDSSS 7.0 : Effectue seul les transferts lit-fauteuil roulant. Indépendance en fauteuil roulant manuel (bonne manipulation du fauteuil). Déambulation inférieure à 5 mètres avec aide technique. Marche dans les barres parallèles ou en se tenant aux meubles de la chambre.

 

 

 

Conclusions de cette analyse :

 

1. L’augmentation du périmètre de marche (avec ou sans aide technique) et l’amélioration des tenues de positions (équilibre statique) sont les 2 items les plus utilisés et pour lesquels la progression est fréquente.

 

2. Le travail dans les escaliers ne concerne généralement que les patients présentant une relative indépendance fonctionnelle à la marche, avec un EDSS inférieur ou égal à 6.0

 

3. Pour les « changements de positions », l’échelle de cotation du protocole version en vigueur de 2007 à 2009 est peu utilisée par les kinésithérapeutes et manque d’efficacité (le score reste identique pour plus de 46% des patients) sans doute à cause d’une sensibilité insuffisante.

Il a donc été décidé pour les versions ultérieures [2] de revenir à la cotation des changements de positions utilisée en pratique par les kinésithérapeutes du centre depuis longtemps et dont la première publication remonte à 1980 [3].

La quantification actuelle se fait donc à nouveau en « nombre de répétitions sans l’aide du thérapeute », ce qui permet de :

- valoriser les petits progrès du patient, si importants pour son moral et la progression de la rééducation,

- utiliser la connaissance des résultats (CR) pour motiver le patient et améliorer l'apprentissage,

- permettre l'auto-organisation des mouvements grâce à une quantité de pratique suffisante : amélioration des composantes spatiales, temporelles, diminution du coût énergétique et de la demande attentionnelle,

- lutter contre le déconditionnement à l'effort et donc améliorer les capacités aérobies du patient par des exercices d’endurance.

 

Le rééducateur (ou mieux le patient) compte à haute voix le nombre de changements de positions pour donner au patient une connaissance extemporanée des résultats qui va l’inciter à battre son précédent « record ». La connaissance des résultats est un outil important pour effectuer une progression.

 

Changer de position : c'est souvent l'exercice le plus important pour le patient ne pouvant plus marcher [4].

 

La véritable progression commence lorsque le rééducateur ne touche plus le patient.

En effet, l'aide d'une tierce personne nuit à l'auto-organisation des mouvements.

Chaque changement de position est donc quantifié en nombre de répétitions effectuées sans l'aide du rééducateur.

Rôle du thérapeute : aménager les conditions de pratique de l'exercice qu'il a choisi, pour qu'il soit effectué sans l'aide d'une tierce personne, en utilisant si nécessaire les aides techniques permettant la réalisation autonome de l'exercice.

La quantité de pratique (augmentation du nombre de répétitions) permet d'améliorer l'endurance et la qualité de la performance par auto-organisation des mouvements.

 

 

Bibliographie :

 

[1] Bardot P et Sultana R. Rééducation de l'équilibre et de la marche des patients atteints de sclérose en plaques: intérêt de l'échelle de Pomponiana.

Programme 27ème congrès de la SOFMER (Marseille) 14, 15, 16 octobre 2010, page 68.

 

[2] Protocole de rééducation de  l’équilibre fonctionnel quantifié 

http://reeducationreadaptation.hautetfort.com/archive/2011/08/29/protocole-de-reeducation-de-l-equilibre-fonctionnel-quantifi.html

 

[3] Sultana R. : La rééducation fonctionnelle d’un sujet présentant un syndrome cérébelleux. Ann. Kinésithérapie., 1980, 7, 213-222.

Ce document est disponible partiellement sur le blog hautetfort sous le titre « Archives 1980 »

http://reeducationreadaptation.hautetfort.com/archive/2011/12/01/archives-1980.html

 

[4] Vidéo sur le site Internet YouTube : « Sclérose en plaques : comment se remettre debout »http://www.youtube.com/watch?v=wHxqra11Dyk

 

Pour télécharger la dernière version du protocole, 3 modes de recherche rapide sur Internet :

 

1- taper les 4 mots-clés « équilibre fonctionnel quantifié hautetfort » sur votre moteur de recherche (Google) pour trouver ce protocole.

 

Ou

2-  télécharger ce document sur Internet à l’adresse : http://reeducationreadaptation.hautetfort.com/archive/2011/08/29/protocole-de-reeducation-de-l-equilibre-fonctionnel-quantifi.html

 

Ou

3-  Rechercher le blog « hautetfort » sur un moteur de recherche /  Cliquer sur « Explorer » / Zoomer sur la carte « Hyères » puis « POMPONIANA » / Cliquer sur le site « Rééducation réadaptation » / Rechercher le dernier document du site

 

 

21:58 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0)